ÉconomieEntreprisesServices

Start-up: pourquoi Happiness Watchers change de business model

Happiness Watchers - Crew

La start-up parisienne Happiness Watchers lance un nouveau site dédié aux rêves, au-delà de la stratégie vidéo initiée en 2016.

Il y a deux ans, Victor Cuquemelle, Guillaume Reynaudo et Lucas Joly (chief communications officer) lançaient Happiness Watchers, une start-up qui mettait en relation des internautes souhaitant réaliser leurs rêves avec des marques, avant de produire des vidéos. Aujourd’hui, ils font évoluer leur modèle en lançant un site directement dédié à la concrétisation des rêves.

Comment s’est développé Happiness Watchers depuis son lancement ?

Lucas Joly – Depuis notre lancement en 2016, Happiness Watchers s’est développé à travers une stratégie fondée sur des contenus vidéos engageants et humains, enrobés d’une tonalité légère et décalée. La thématique abordée étant universelle (réaliser ses rêves), nous avons su générer de l’adhésion et amener les internautes à nous confier leurs rêves les plus fous. En chiffres, cela a donné plus de 3500 rêves reçus, 5 rêves réalisés en vidéo, 1,5 million de vues…

De quelle manière avez-vous fait évoluer votre business model ?

De 2016 à 2017, notre concept était fondé sur la réalisation de rêves d’internautes en vidéo. Ces derniers nous faisaient parvenir leurs rêves sur notre site, nous en sélectionnions alors les meilleurs, les plus parlants ou les plus excentriques, pour ensuite proposer des concepts de vidéo à des partenaires dont l’activité était en lien avec la thématique du projet. Bien que nous ayons adoré mettre en scène ces rêves et apporter du bonheur à ces internautes, nous avons cherché à faire évoluer notre concept pour toucher davantage de rêveurs.

Comment avez-vous procédé ?

Le cœur de notre business est donc désormais la vente d’expériences de rêves, pour une cible d’internautes qui a soif d’aventures, qui désire s’évader du quotidien. Le crowdfunding via les cagnottes est un outil important mis à la disposition des rêveurs, mais sur lequel nous ne prenons pas de commission (contrairement à de nombreux concurrents). Les internautes peuvent ainsi profiter davantage de l’argent récolté et financer plus facilement leurs rêves, ce qui reste primordial pour nous. Plus occasionnellement, nous aurons recours à des partenariats comme nous avons su le faire au cours des deux dernières années, lorsqu’il sera question de réaliser des vidéos sur les rêves qui sortent du lot.

Pourquoi avez-vous recentré la plateforme sur le crowdfunding ?

Après deux ans à proposer notre concept initial, nous avons senti que nous pouvions aller plus loin pour aider les internautes à concrétiser leurs rêves. Notre objectif a toujours été de toucher le plus de monde possible, à travers nos vidéos ou notre promesse. Cependant, réaliser les rêves nous-mêmes, trouver des partenaires pour les financer, produire des vidéos, tout cela demandait un investissement en temps qui nous est apparu impossible à transposer à plus grande échelle. Avec notre équipe réduite, répondre à la forte demande semblait inenvisageable. Quant à la réalisation de vidéos, nous ne l’avons pas mis de côté pour autant. Nous avons la volonté de mettre en avant les rêves financés ou en cours de financement les plus fous, les plus touchants, ou les incroyables, à travers des vidéos que nous réaliserons avec les rêveurs et rêveuses concernés.

Quelles fonctionnalités offre, de fait, votre nouveau site ?

Aujourd’hui, nous proposons un site entièrement repensé avec des fonctionnalités innovantes (et toujours pleines d’humour). Le but est de fournir les outils aux internautes pour que chacun puisse concrétiser ses rêves de gosse, ses grands projets, ses idées folles. Sur notre site, vous pouvez maintenant créer votre dreamlist en listant les rêves qu’il vous tient à cœur de réaliser (ou ceux déjà concrétisés), lancer une cagnotte en ligne pour récolter de l’argent auprès de vos proches et financer vos rêves. Ils seront plus que jamais à votre portée, et offrir (ou offrir) les expériences les plus dingues de France pour vivre des moments forts et hors du commun.

Quels sont les rêves les plus fous qui vous ont marqué en deux ans ?

Des rêves que nous avons réalisés et mis en scène en vidéo, celui qui nous enchante encore aujourd’hui est celui d’Estelle. Nager avec les dauphins était pour elle un vrai rêve de gosse, son émotion tout du long de l’expérience nous a beaucoup touché. Parmi les rêves reçus, visiter les lagons luminescents de Jamaïque est une idée qui nous a beaucoup plu. Un rêve simple mais original et qui doit être fantastique à vivre ! Nous pensons toutefois que le meilleur reste à venir, et nous comptons sur les internautes pour partager avec nous et la communauté les rêves les plus fous, les plus extraordinaires.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.
EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées, telles sont les fonctionnalités de Snapshift.
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.