Aller au contenu

Revue de presse : des pistes pour rebondir

En avril, la presse économique regorge de pistes pour rebondir, en entreprise ou ailleurs.

« Rebondir ! » Après un échec – même s’il n’est pas question de politique – ou pour chercher à évoluer professionnellement, Management distille ce mois-ci une batterie de conseils basés sur de nombreux témoignages. Carlos Tavares, ex-numéro deux de Renault, a pris la tête de PSA Peugeot Citroën quelques mois après avoir indiqué à Bloomberg qu’il était ouvert à un poste de dirigeant d’un constructeur automobile… et avoir dû démissionner.

De manière plus opérationnelle, 53 % des cadres privilégient la mobilité interne dans les entreprises de plus de 200 salariés. Si l’envie de bouger vous presse, appliquez la méthode « News » : faites le point, clarifiez vos objectifs, identifiez les difficultés et établissez un plan d’action. « Parfois, ce n’est pas de métier qu’il faut changer, juste d’employeur… », rappelle par ailleurs le mensuel qui propose également un reportage sur les locaux de Chèque Déjeuner, situés à Gennevilliers, et à la nouvelle organisation du travail proposée aux cadres chez Bosch, en semaine de quatre jours ou en télétravail un jour par semaine.

L’Expansion aborde pour sa part la question du rebond après un plan de sauvegarde de l’emploi. Les experts interrogés par le titre conseillent de réagir dès les premières rumeurs, en obtenant des informations le plus rapidement possible afin de pouvoir préparer son projet et de se porter éventuellement candidat au départ. La prise de conscience des conséquences d’un départ, quand bien même celui-ci est accompagné d’une prime, demeure le premier des questionnements, avant le passage en revue de toutes les options possibles. Le mensuel propose par ailleurs huit idées pour financer son lancement d’entreprise ainsi que des clefs pour évaluer un porteur de projet.

Recevez chaque mois notre revue de presse en vous abonnant à la newsletter de Business & Marchés

Pour continuer à percevoir des revenus ou exercer une activité complémentaire, le travail au noir peut s’avérer être « une solution tentante », indique Capital. Le poids croissant des charges sociales et l’accroissement de la TVA ont notamment conduit à pénaliser les activités de service. « Le triplement de la TVA a déjà conduit un quart de nos clients à réduire le nombre d’heures déclarées de petit jardinage », s’alarme Catherine Muller, présidente du Syndicat des entreprises du paysage. L’accident ainsi que des sanctions prud’homales, civiles et pénales sont encourus en cas de travail non déclaré… L’employé peut également déposer plainte contre vous, contribuer à des malfaçons ou encore procéder à des vols à votre domicile.

Ce développement du travail au noir s’effectue dans un contexte de défiance envers les pouvoirs publics. « La nécessité de repenser l’Etat-providence tout comme celle de redéfinir les missions et les fonctionnements de l’administration sont maintenant centrales dans l’agenda politique », rappelle le rédacteur en chef des Cahiers français, Philippe Tronquoy. La place de l’Etat est abordée dans le bimestriel par de nombreux universitaires, qui s’intéressent notamment à la diplomatie et aux attentes des citoyens.

La Revue dessinée propose quant à elle un récit illustré consacré à l’impact des réformes du marché du travail menées depuis 2003 en Allemagne. Pour rebondir, un traitement de choc peut parfois s’avérer nécessaire…

Publié dansCorpusRéférences