ÉconomieEntreprisesServices

Reech veut devenir la référence française de l’influence management

Follow Me

Lancée en 2014 par Guillaume Doki-Thonon, qui répond aux questions de Business & Marchés, la plateforme Reech veut connecter les influenceurs aux marques à travers des partenariats, des tests ou des invitations.

Quel constat vous a incité à créer Reech?

Aujourd’hui, il est difficile d’ignorer l’impact des blogueurs, Youtubeurs, Twittos et autres influenceurs sur les consommateurs. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus d’1/3 des internautes réalisent des achats sur la base d’informations émanant de blogs. Le développement des réseaux sociaux a entrainé une fragmentation de l’influence, et l’arrivée d’une nouvelle vague d’influenceurs non « professionnels ». Il fallait donc un outil pour faciliter leur relation avec les marques.

Qu’est-ce qu’un influenceur?

Un influenceur, c’est vous, c’est moi, c’est toute personne suivie sur un ou plusieurs réseaux sociaux : un blogueur, un twittos, un instagrameur, un youtubeur, etc. Certains spécialistes américains considèrent que l’on a une communauté (donc que l’on est influent) lorsque l’on est suivi par plus de 1000 personnes. Même si ce chiffre peut paraître arbitraire et inadapté à certaines thématiques de niche, il donne une idée du nombre d’influenceurs potentiels.

« Beaucoup de bonnes idées émanent des influenceurs »

Comment les marques peuvent-elles utiliser vos services?

Les marques peuvent s’inscrire et utiliser la plateforme en libre-service. C’est-à-dire qu’elles peuvent, elles-mêmes, rechercher les influenceurs qui correspondent à leurs valeurs et discours, prendre contact avec eux et passer des partenariats, les inviter à des évènements, à découvrir de nouveaux produits ou partager des contenus exclusifs, etc. Enfin, Reech permet de suivre le ROI de sa campagne d’influence. Nous travaillons aussi sur une fonction qui permettra aux influenceurs de solliciter directement les marques inscrites. Nous sommes convaincus que beaucoup de bonnes idées proviennent directement des influenceurs qui connaissent leur communauté et leurs attentes.

Le placement de produit ou l’idée de démarcher des ambassadeurs ne nuisent-ils pas à la liberté éditoriale des influenceurs?

Les influenceurs, s’ils veulent continuer à exercer leur passion dans de bonnes conditions, doivent à un moment chercher une méthode de monétisation. Les partenariats avec les marques, lorsqu’ils sont réalisés intelligemment, permettent à la fois d’enrichir le contenu du blog ou du profil social de l’influenceur tout en lui offrant la possibilité de se professionnaliser. Evidemment, il faut savoir trouver un équilibre et rester transparent auprès de sa communauté pour la conserver et rester influent.

Quel est votre business model, et quels sont vos objectifs de développement?

Nous nous rémunérons soit sur la base d’un abonnement, si la marque ne fait que des partenariats « non-financiers », soit sous forme de commission sur les rémunérations envoyées aux influenceurs. Nous sommes actuellement ouverts en version bêta pour les influenceurs et comptons ouvrir la plateforme aux annonceurs d’ici quelques semaines. Nous travaillons actuellement sur une levée de fonds et ambitionnons de devenir la plateforme de référence de l’influence management en France.

Photo: Top View of Follow Me par Shutterstock/Igor Stevanovic

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.
EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées, telles sont les fonctionnalités de Snapshift.
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.