Aller au contenu

«Pourquoi il faut faciliter le travail des indépendants des services à domicile»

Coiffure, beauté, massage, ménage : depuis deux ans, la start-up parisienne Wecasa compte simplifier l’accès aux services à domicile grâce à une présélection des professionnels (autoentrepreneurs inscrits à la Chambre des métiers et de l’artisanat) et une interface simplifiée pour réserver une prestation. Plus de 1000 artisans sont référencés – ils travaillent auprès de 20.000 clients en France. La plateforme applique un taux de commission de 16% HT sur les prestations coiffure, beauté, massage et, pour l’activité de ménage, applique une rémunération de 18 euros bruts par heure.

Pierre André, cofondateur de Wecasa, revient sur les dernières évolutions réglementaires du secteur.

« La suppression de l’obligation du stage de préparation à l’installation prévue dans la Loi PACTE que les Chambres des métiers et de l’artisanat imposent pour toute demande d’immatriculation va indéniablement faciliter la création d’entreprise et promouvoir l’emploi. Il existe de nombreuses personnes qui voudraient se mettre à leur compte mais dont l’installation est ralentie, voire remise en question, à cause de cette contrainte. Le délai est très long : 30 heures de stage à réaliser, mais surtout un délai d’attente pour une date de stage qui peut aller jusqu’à un mois voire plus après avoir envoyé la demande à la Chambre des Métiers. Son coût peut aller jusqu’à 300 euros.

Alléger le poids des contraintes administratives

Le service à domicile est un marché dynamique qui enregistre une croissance d’environ 15% par an. Nous sommes convaincus que la profession participe également au retour dans la légalité de certains. En effet, que ce soit du côté des clients ou des professionnels, beaucoup de personnes choisissent le travail non déclaré pour éviter le poids des contraintes administratives. Les plateformes de services à domicile proposent en effet, aussi bien pour les professionnels que pour les familles, de simplifier le recours au service à domicile. Il est regrettable que des mesures lourdes administrativement comme le stage de préparation à l’installation, freinent le développement d’une activité légale.

Des situations professionnelles choisies

Une majorité de nos indépendants le font par choix, pour gagner en flexibilité et en indépendance, et ils en sont satisfaits ! 72% des professionnels Wecasa (pour la coiffure et la beauté) exercent à domicile depuis plus de deux ans. 68% des professionnels sondés estiment que leur situation en tant qu’indépendant est plus satisfaisante que leur situation précédente. Seuls 8% des professionnels interrogés trouvent leur situation d’indépendant moins favorable. Ces chiffres viennent contredire l’image un peu trop simpliste de l’indépendant précaire, sans diplôme, forcé de se mettre à son compte «faute de mieux» en attendant un «vrai» emploi (salarié). La réalité est beaucoup plus nuancée. Chez Wecasa, nos professionnels sont tous des experts avec des diplômes et de l’expérience. Très peu souhaitent retourner en salon ou en institut après avoir essayé le domicile. La difficulté en se lançant reste de créer sa clientèle.

Un univers à développer

Pour 82% des professionnels sondés, le service à domicile est leur principale source de revenus, les 18% restants exerçant dans le cadre d’un complément d’activité. Le volume d’activité et de revenus des indépendants qui exercent à domicile peut être développé. Il est important de soutenir ses professionnels en les aidant à développer et fidéliser au mieux leur clientèle pour qu’ils puissent s’assurer de revenus réguliers et de bonnes conditions de travail. C’est ce que nous faisons par exemple au travers d’une appli Wecasa pros, d’un podcast, d’un groupe Facebook pour les pros, de flyers personnalisés, de rencontres entre pairs, etc. »

Publié dansEconomieEntreprisesServices