Aller au contenu

Pour OuiSpoon, «chaque employé peut être moteur de la vie de son entreprise»

Créée en juillet 2016, la start-up parisienne OuiSpoon (9 personnes) commercialise une plateforme collaborative, en SaaS, pour favoriser les interactions au sein des entreprises. Son CEO, Raphaël Maisonnier, nous en dit plus.

Pourquoi avez-vous créé OuiSpoon ?

Raphaël Maisonnier — Thibaud Caremoli, Amory Panné et moi-même sommes tous les trois animés par la volonté d’améliorer le quotidien d’un maximum de personnes. Par où commencer ? Le champ est vaste ! Nous avons décidé de nous concentrer sur l’endroit où l’on passe le plus de temps chaque jour : le travail. D’après une étude, plus de 12 millions de salariés français travaillent dans des entreprises de plus de 50 salariés. Parmi eux, 63% sont désengagés et 24% sont activement désengagés selon l’institut Gallup. Un vrai fléau pour les patrons mais aussi pour la vie en communauté de l’entreprise.

Quelle réponse avez-vous choisi d’apporter ?

Pour se sentir bien au travail, trois motivations intrinsèques sont essentielles et bien plus efficaces et durables que des motivations extrinsèques comme un surplus de rémunération ou des jours de congés supplémentaires. La première est la vision, le sens. Un employé qui adhère à la vision de son entreprise, qui sait pourquoi il travaille et comment il y contribue quotidiennement sera beaucoup plus engagé au jour le jour. La seconde est l’autonomie. Nous sommes responsables et autonomes. Pourquoi alors, dans une très large majorité des entreprises, dès lors que le seuil de l’entreprise est franchi, l’employé est infantilisé et perd quasiment toute possibilité de prise d’initiative ? Il faut trouver un moyen de redonner de l’autonomie aux collaborateurs pour qu’ils s’épanouissent. Cela passe par plus de transparence pour qu’ils puissent prendre les bonnes décisions. La troisième est la volonté de grandir, de progresser au quotidien – tout en se sentant bon dans ce que l’on fait. Pour s’épanouir, le collaborateur a besoin de sentir qu’il progresse, d’avoir des perspectives, de se sentir meilleur qu’hier et moins bon que demain.

De quelle manière souhaitez-vous favoriser les échanges et le team-building ?

Tout d’abord, en permettant à chaque employé d’être le moteur de la vie de son entreprise. Avec OuiSpoon, en un claquement de doigts, chaque collaborateur peut proposer une activité à ses collègues, partager un souvenir, un conseil, un feedback, ou encore créer une communauté. Fini les boucles d’e-mails infinies et souterraines. Tout est sur la plateforme, accessible par l’ensemble de l’entreprise. Par ailleurs, sur OuiSpoon, il n’y a pas de validation de qui que ce soit pour poster sur l’espace de l’entreprise. Nous n’avons jamais eu à modérer le moindre contenu depuis le lancement de OuiSpoon. Enfin, nous proposons aux entreprises qui le souhaitent un accompagnement « community builder », qui permet de constituer une ou plusieurs communautés d’ambassadeurs et de co-construire avec elles la programmation de l’année, conformément aux envies et besoins des collaborateurs de l’entreprise. Cela concerne différents thèmes (digital, RSE, innovation, agilité…) avec différents intervenants, le tout soutenu par une hotline.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux outils collaboratifs ?

Nous n’avons pas vocation à remplacer des outils collaboratifs, bien au contraire. Nous nous lions à eux. Sur OuiSpoon, on voit en un coup d’œil ce qui se passe au sein de l’entreprise. Lorsque quelqu’un poste une activité sur OuiSpoon, les collaborateurs peuvent en être notifiés directement sur Slack – qui relève plus de l’instantané que OuiSpoon. De plus, nous ne sommes pas qu’un contenant, contrairement à la plupart des outils existants. Nous partageons aussi nous-mêmes du contenu inspirant pour éveiller nos utilisateurs et continuer de créer du lien grâce à la création d’activités aussi bien professionnelles qu’extra-professionnelles.

Quelles réticences devez-vous encore lever chez certains prospects ?

Certaines réticences sont assez classiques et nous y répondons facilement. Par exemple, et tant mieux, nos prospects s’inquiètent tous de la sécurité des données. Nous sommes une entreprise française, nous avons nos propres serveurs, localisés en France, et nous ne transmettons ni revendons les données à aucun service tiers. Une deuxième réticence classique est la crainte d’adopter un énième outil. Ici encore, notre expérience avec nos clients nous permet de lever le doute à ce sujet. Nous accompagnons Generali et Itelios dans l’amélioration de leur qualité de vie au travail et ne considèrent pas OuiSpoon comme un outil « de trop ». Enfin, peu d’entreprises ont vraiment comme priorité l’épanouissement de leurs collaborateurs. Toutes s’y intéressent, mais quasiment toutes considèrent ce chantier comme un « nice to have » et non un « must have ». Cela est notamment dû au manque de données chiffrées prouvant l’importance du bien-être de ses collaborateurs – alors que des centaines d’études externes la prouvent. Pourquoi ? Parce que les données qui pourraient y remédier sont pour certaines confidentielles (comme l’absentéisme ou le turn-over) tandis que d’autres sont difficilement quantifiables (comme la créativité). Nous avançons donc pour l’instant avec des entreprises convaincues et pionnières en boostant la productivité de leurs collaborateurs.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous avons levé 500 000 euros en décembre 2018. Nous allons utiliser cet argent pour conquérir le marché français d’ici 2020, avant de nous internationaliser. Nous allons également améliorer notre plateforme cette année, en ajoutant de nouvelles fonctionnalités très simples et en sortant une application mobile.

Publié dansEconomieEntreprisesManagement