ÉconomieIndustrie

Pâques, enjeu clé pour le chocolatier Monbana

1 min de lecture
Chocolaterie Monbana - Pâques

Le chocolatier Monbana propose une gamme centrée sur les fables de La Fontaine à l’occasion de Pâques, qui représente plus de 15% de son chiffre d’affaires.

A l’occasion des fêtes de Pâques, la marque-enseigne Monbana propose une gamme dédiée en revisitant trois fables de La Fontaine, «La poule aux oeufs d’or», «Le lièvre et la tortue» et «Le petit poisson et le pêcheur». Cette offre permet au chocolatier de se positionner sur un temps fort incontournable de l’année. «Pâques représente entre 15% et 20% du chiffre d’affaires annuel selon la période à laquelle l’événement est positionné dans le calendrier. A titre de comparaison, en 2016, Pâques tombait le 26 mars, c’est-à-dire très tôt dans l’année. Cela représentait alors plutôt 15%», précise son directeur général, Dominique Renault.

L’entreprise (44 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015, 1,5 million de chocolats produits), compte 29 magasins – sa présence au dernier salon de la franchise avait pour but d’élargir le réseau, crée en 2012 en franchise afin de compléter la distribution jusqu’alors assurée en CHR et au moyen de revendeurs. L’univers onirique de La Fontaine sera mis en valeur dans les boutiques : «nous avons la chance de compter un maître chocolatier, Nicolas Crépon, intégré à notre équipe. Il s’est inspiré des trois univers choisis: un poisson replongeant dans l’écume, un lapin marchant tranquillement ou encore une poule et son œuf d’or», poursuit Dominique Renault.

Parallèlement aux traditionnels ballottins de chocolat, une pièce artistique a été créée à l’occasion de Pâques : 62 cm de haut, plus de 3 kg de chocolat et un moulage réalisé à la main caractérise chaque produit, numéroté à l’issue de 6h40 de travail. Les 30 pièces seront disponibles aux Galeries Lafayette et sont mises en jeu à l’occasion d’un concours organisé dans le réseau de Monbana. «Nous préparons au temps fort de Pâques très longtemps à l’avance grâce à une présentation de la gamme 6 mois auparavant et la mise à disposition d’outils de démarchage 3 mois et demi avant, même si les ventes en boutique sont concentrées sur les 8 jours précédant Pâques», explique le chef d’entreprise.

2495 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
EntreprisesServices

A 10 ans, La Fabrique givrée continue à concilier glace et pâtisserie malgré l’inflation

Si La Fabrique givrée n’exclut pas de relever certains de ses prix, l’enseigne ardéchoise spécialisée dans les glaces, qui fête ses dix…
Entreprises

Pourquoi les produits d'épicerie fine ont toujours le vent en poupe

Malgré l’inflation, l’épicerie fine a le vent en poupe. 94% des Français perçoivent ces aliments comme des “produits de luxe”, d’après une étude réalisée pour Gourmet Sélection. Ce salon professionnel, organisé mi-septembre, a réuni 338 entreprises et marques. La preuve du dynamisme du marché, observe Jean-Gabriel Mollard, directeur marketing et communication du pôle food B2B de Comexposium.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter