Aller au contenu

La BCE devait-t-elle relever ses taux d'intérêt?

« Nous, banquiers centraux portons une lourde responsabilité. Si nous ne sommes pas déterminés, alors il y a un risque que l’inflation explose. Si nous agissons de façon déterminée, alors nous pouvons venir à bout de la la situation« , expliquait Jean-Claude Trichet dans un hebdomadaire allemand paru ce matin. Plusieurs semaines après la première évocation d’un potentiel relèvement du principal taux de la Banque centrale européenne, son président a donc tenu parole.

En relevant le taux de refinancement (celui auquel les banques auquel sont rémunérés les excédents de liquidités des banques et institutions financières placés auprès de la banque centrale) d’un quart de point, passant de 4% à 4,25 %, la banque centrale espère contenir la dérive inflationniste à laquelle les consommateurs de la zone euro assistent, impuissants ou presque, depuis plusieurs semaines. En juin, selon des données provisoires, l’inflation a atteint 4 % sur un an, soit le double de l’objectif assigné à la BCE. Cette dernière doit veiller à la stabilité des prix, rappelle le Traité de Maastricht.

« Les importantes évolutions de prix associées à la mondialisation rendent toujours aussi nécessaire une attention soutenue sur la stabilité des prix« , indiquait à la mi-mai Jean-Claude Trichet. Le relèvement du principal taux directeur de la BCE induit un resserrement des conditions de crédit, et peut avoir pour conséquences de provoquer une baisse de la demande puis de l’inflation. Or, le défi de la BCE est de parvenir à contenir une hausse des prix qui ne trouve pas toute sa source en zone euro. L’augmentation des prix d’un grand nombre de matières premières, au premier rang desquelles le pétrole, rend difficile toute tentative de réduire l’inflation. Pour l’économiste Marc Touati, auteur de la pétition Stop Trichet, « si la BCE relève son taux de refinancement, l’euro repartira à la hausse, le dollar à la baisse, donc les cours pétroliers à la hausse. En d’autres termes, en voulant soi-disant lutter contre l’inflation, la BCE ne ferait qu’augmenter cette dernière« .

Le relèvement des taux est cependant une mauvaise nouvelle pour les secteurs dans lesquels le recours au crédit s’avère souvent nécessaire. C’est le cas de l’immobilier, déjà pénalisé par un durcissement des conditions de crédit faisant suite à la crise des subprime. En France, en avril, les taux des crédits à 20 ans ont culminé à 5% pour la première fois depuis 2003. La production de crédits immobliers s’est contractée de 9,5% depuis novembre 2006.

Renchérir le coût du crédit devrait donc pénaliser les ménages les plus endettés et freiner les investissements des entreprises. La charge de la dette publique s’accentue. Mais la BCE redoute avant tout les « effets de second tour », à savoir le fait que, sous la pression de salariés devant faire face à une hausse généralisée des prix, les entrepreneurs augmentent les salaires. Jean-Claude Trichet a déjà mis en garde contre une potentielle spirale inflationniste en pointant du doigt les mécanismes d’indexation des salaires sur l’indice des prix à la consommation, comme cela se pratique notamment en Belgique. Si la BCE parvient à stopper cette poussée inflationniste, elle parviendra à regagner l’estime des européens. Sinon, un sentiment de défiance continuera de gangréner la zone euro; et certains hommes politiques ne se priveront pas de surfer sur cette vague.

Publié dansEconomiePolitique éco