ÉconomiePolitique éco

Inflation: la BCE réaffirme sa priorité

2 min. de lecture

Nouveau statu-quo de la BCE, qui a laissé son principal taux directeur à 4%. L’institution préfère se concentrer sur la hausse généralisée et durable du niveau des prix dans la zone euro.

« Les importantes évolutions de prix associées à la mondialisation rendent toujours aussi nécessaire une attention soutenue sur la stabilité des prix« , a expliqué ce lundi Jean-Claude Trichet. Le président de la Banque Centrale Européenne (BCE) tient en effet à maintenir les objectifs de niveau de l’inflation tels que fixés par l’institution, à savoir « au dessous, mais à un niveau proche, de 2 %, sur le moyen terme ».

Car la banque centrale se doit de faire respecter cet objectif, qui a été dépassé: selon des chiffres publiés par Eurostat, en mars, l’inflation a atteint 3,6% en rythme annuel, et 3,3% en avril. Le taux de refinancement (la possibilité proposée à une banque d’obtenir des liquidités auprès d’une autre banque ou de la banque centrale) a été maintenu jeudi dernier à 4%, restant stable depuis juin 2007. « L’ancrage solide des anticipations d’inflation à moyen terme reste la priorité absolue du Conseil des gouverneurs. Nous pensons que la politique monétaire actuelle va contribuer à atteindre cet objectif. Les indicateurs les plus récents et les enquêtes sur l’activité économique confirme les anticipations antérieures d’une croissance modérée mais poursuivie au premier semestre 2008« , expliquait l’homme fort de la banque centrale.

Des perspectives de croissance moroses

Le Fonds Monétaire International (FMI) se fait quant à lui plus pessimiste. « Dans un contexte où les perspectives de croissance sont de plus en plus négatives, la BCE peut se permettre d’assouplir sa politique monétaire« , avait suggéré en début de semaine dernière l’institution dirigée par Dominique Strauss-Kahn. En effet, la prévision de croissance dans la zone euro est ramenée à 1,4% pour l’année en cours (soit 0,2 point de moins que l’estimation publiée en janvier), et à seulement 1,2% pour l’année 2009. A la décharge de la BCE, le Fonds Monétaire International prévoit une inflation de 2,8% en 2008 pour la zone euro; avec un retour dans le cadre en 2009 (1,8%).

Interrogé à de multiples reprises sur une éventualité de baisse des taux face aux conséquences de la crise financière et boursière, Jean-Claude Trichet a expliqué qu’il n’y avait pas « de signes significatifs de difficulté au niveau de l’offre de crédits bancaires aux ménages et aux entreprises non financières » en zone euro, et que sa préoccupation principale restait la lutte contre l’inflation. La banque centrale anglaise (BoE) a pour sa part diminué d’un quart de point son principal taux directeur, à 5%. Question de priorités.

A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Dans la restauration, je n'ai jamais connu une telle inflation en trente ans”, observe Paul Chantler (FrogPubs)

Objectif affiché pour Frog; “l’excellence opérationnelle”, afin de satisfaire ses clients. Un leitmotiv rappelé dans les dix pubs de l’enseigne. Paul Chantler, PDG, fait le point sur la situation de l’entreprise.
ÉconomieMarchés et financePolitique éco

Taux de dépôt auprès de la BCE en territoire négatif : quels effets ?

Une tribune de Jacques Ninet (La Française).
Économie

Hausse des matières premières: quel impact sur les entreprises ?

Les cours des matières premières, même s’ils ont tendance à reculer depuis plusieurs semaines, ont enregistré en l’espace d’un an des progressions…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire