ÉconomieEntreprises

Distribution: opération séduction face à l'inflation

4 min. de lecture

Les grandes marques revoient leur stratégie

Afin de profiter de ce concours de circonstances, les industriels réagissent et revoient leur politique tarifaire à la baisse. Ainsi, en parallèle de sa gamme de produits exclusifs (Activia, Actimel…), Danone lance un Eco pack à un euro. Le consommateur pourra à ce prix emporter six yaourts frappés du logo bleu. Seul le marché français, qui représente 14 % du chiffre d’affaires du groupe, sera pour l’instant concerné.

« La LME va permettre une concurrence sur les produits de grandes marques. Les produits à marque de distributeurs (MDD) ne devraient plus augmenter si les matières premières n’augmentent pas. Les industriels de grandes marques sont conscients que le consommateur ne suivra pas les hausses de prix« , explique au Parisien Jérôme Bédier, président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution. Même si les industriels sont conscients du problème qu’implique de trop fortes hausses, ils n’envisagent pas pour autant de compresser leurs marges. Les négociations s’annoncent tendues: par exemple, Michel-Edouard Leclerc a indiqué que les produits dont les hausses sont supérieurs à 2 % ne seront pas renouvelés.

C’est pourtant une hausse supérieure à 2 % que propose Panzani à la centrale d’achats de Leclerc, mais cette base de négociation « ne passera pas« , selon le distributeur. En attendant, la firme spécialisée dans les pâtes tend la main au consommateur en promettant des baisses de tarifs. « Nos prix vont baisser de 10 % à 15 % en fonction des références. Typiquement, un paquet de spaghetti de 500 grammes devrait coûter moins de 90 centimes dans toutes les grandes surfaces. Ce n’est pas une promotion. La baisse se fera en fond de rayon. Nous avons décidé d’anticiper le recul des cours du blé dur« , explique ainsi au Figaro le directeur général de Panzani France Xavier Riescher. L’entreprise se devait de réagir: selon ses propres chiffres, les ventes en volume de pâtes ont reculé de 4 % depuis le début de l’année, dans le cadre d’une hausse de prix de 20 %.

A lire également
ÉconomieMarchés et financePolitique éco

Taux de dépôt auprès de la BCE en territoire négatif : quels effets ?

Une tribune de Jacques Ninet (La Française).
Économie

Hausse des matières premières: quel impact sur les entreprises ?

Les cours des matières premières, même s’ils ont tendance à reculer depuis plusieurs semaines, ont enregistré en l’espace d’un an des progressions…
ÉconomiePolitique éco

Inflation: pas de répit pour les consommateurs

Reflux de l’inflation Le salut des consommateurs passe par un recul de l’inflation. Dans la zone euro, celle-ci a ralenti en août…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire