Aller au contenu

Contrôle financier: les grandes ambitions de BlackLine en France

Le leader de l’automatisation et de l’optimisation du contrôle financier BlackLine se lance en France. Interview.

Frederic Huby, BlackLine

« BlackLine offre une solution d’automatisation et d’optimisation du contrôle financier, et est l’unique fournisseur d’une solution cloud unifiée, gérant les processus de clôture et de publication des résultats financiers, ainsi que l’ensemble des processus critiques qui y sont liés », explique à Business & Marchés Frédéric Huby, regional vice president. Leader sur son marché, l’entreprise, qui compte plus de 125.000 utilisateurs de 1300 entreprises dans près de 100 pays vient d’ouvrir un bureau en France. Interview.

De quelle manière vos produits permettent-ils à vos clients d’être plus performants?

Frédéric Huby — La volonté de BlackLine est de bousculer l’univers de la finance et de la comptabilité en entreprise en supprimant Excel des tâches de clôture. En cela, la plate-forme BlackLine automatise et optimise le pilotage de la clôture financière, la justification des comptes, les écritures d’ajustement, les transactions intra-groupes, et de nombreux autres processus comptables et financiers encore souvent gérés manuellement. Elle améliore donc la performance et la visibilité sur les processus comptables du groupe, tout en garantissant une intégrité maximale des comptes. Des sociétés françaises telles que Bureau Veritas, Lafarge ou encore Saint-Gobain s’appuient d’ores et déjà sur notre solution.

Comment vos produits s’adaptent-ils à l’évolution des normes comptables et réglementaires?

L’état actuel de la réglementation est géré par les organismes qui édictent les normes comptables, tel que le FASB (Financial Accounting Standards Board, comité des normes comptables et financières) aux États-Unis, l’IASB (son homologue international) et le groupe consultatif européen pour l’information financière (EFRAG, European Financial Reporting Advisory Group), qui définissent les nouvelles normes que les entreprises doivent respecter. Ces organismes de normes comptables internationales et les organismes réglementaires impactent la manière dont les entreprises surveillent et déclarent leurs activités financières à l’échelle internationale.

Quelle est la position de BlackLine à ce sujet?

Nous travaillons en étroite collaboration avec nos clients, tout en surveillant l’évolution de ces réglementations afin d’identifier les tâches les plus complexes en finance et comptabilité pour les rendre entièrement automatisés pour traiter, gérer, exécuter et contrôler. De plus notre plateforme est conforme à la norme ISO 27001 relative à la protection et à la sécurité des systèmes d’informations, ainsi qu’à la norme ISAE 3402, relative quant à elle à la fiabilité de prestations de services automatisés.

Quels sont vos objectifs de développement?

Nous avons une volonté de développement sur la France, portée par une forte croissance pour l’Europe et une réelle stratégie de proximité avec nos clients. Après un premier exercice de lancement réussi, la volonté de BlackLine est d’accélérer son rythme de croissance lors de l’année 2016. Nous sommes en phase d’évangélisation car les clôtures comptables de nombreux groupes français reposent encore sur des tâches effectuées le plus souvent sur Excel, validées et stockées sur papier.

Photo: Businessman hand drawing par Shutterstock/Everything possible

Publié dansEconomieIndustrie financièreMarchés et finance