Entreprises

A Cannes, comment Ma Nolan’s entretient la culture de l’irish pub

2 min. de lecture
Fionn Doyle - Bar manager - Ma Nolan's irish pub - Cannes (06)

Guinness, sports gaéliques : les fondamentaux de l’irish pub sont présents chez Ma Nolan’s. Présente à Nice et à Cannes, l’enseigne s’attèle, dans la célèbre ville, à affiner son offre.

En plus de ses deux bars niçois, l’enseigne Ma Nolan’s exploite depuis 2012 un Irish pub à Cannes (Alpes-Maritimes), idéalement situé entre la gare et la Croisette. Un concept où l’on retrouve 11 bières à la pression, un panel notamment composé d’une stout (l’incontournable Guinness), de bières blondes (Kronenbourg, Carlsberg), de bières plus fortes (Grimbergen, La Chouffe, Paix Dieu), de bières blanches (1664 blanc, Erdinger Weissbier), d’une red ale (O’Haras) et d’une IPA (51 state IPA, O’Haras) et d’une pale ale (12 acres), aux belles notes houblonnées, ainsi qu’un cider (Finsbarra).

Un équilibre à trouver entre une offre adaptée au grand public et des produits plus spécifiques. “Nous avons de la bière irlandaise, ce qui correspond bien à notre offre. Notre staff est briefé sur la température des bières, notamment la Guinness, illustre Fionn Doyle, bar manager. Pas révolutionnaire sur le papier, mais une qualité de service qu’il convient de maintenir au quotidien. Il faut redoubler d’énergie en cuisine et en salle. Nous faisons quand même quelques plaisanteries amusantes!”

Ma Nolan's irish pub - Cannes (06)

12 personnes composent l’effectif. A l’instar de nombreux bars-restaurants, le Ma Nolan’s Cannes recrute – une affiche (en anglais, comme l’ensemble de la signalétique) est disposée en bonne place à l’entrée. Les restrictions de déplacement ont affecté le personnel, international. “Nous avons la chance d’être dans une ville mondialement connue. Il faut avoir le sens du service, savoir accueillir les clients et être joyeux et souriant, même si le job n’est pas facile”, poursuit Fionn Doyle. Côté clients, l’allègement des contraintes permet d’entrevoir une reprise progressive du tourisme.

Cocktails rapides à préparer et sports gaéliques

Spécificité du pub : son ouverture s’effectue désormais dès 10 heures du matin (jusqu’à 2 heures). Un choix à rebours de la plupart des établissements du même type, permettant de proposer des petits déjeuners. Une clientèle de salariés des environs est déjà coutumière de ce rendez-vous. Brunchs, déjeuner et service du soir sont aussi proposés (la cuisine n’est pas ouverte en service continu).

Irish Espresso Tini - Ma Nolan's irish pub - Cannes (06)

Neuf cocktails “premium”, quatre cocktails classiques, deux cocktails givrés et sept cocktails sans alcool sont à la carte. A découvrir, l’Irish Espresso Tini : Baileys, vodka à la vanille, espresso. L’un des best-sellers, au goût de café froid et de chocolat. Un résultat agréablement surprenant, pour un temps de préparation très rapide, sans gêner le service des autres commandes, même durant le rush de l’happy hour.

Sur ses huit écrans, le pub retransmet des sports en continu. Les sports de l’Association athlétique gaélique, dont le hurling, un sport d’origine irlandaise, sont diffusés. Très doux et légèrement pimenté, l’Original gin de la distillerie irlandaise Dingle vient de faire son entrée à la carte des spiritueux.

2319 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Colorimétrie et food pairing au menu de la carte cocktails du Breizh Café Montorgueil, à Paris

A Paris, le Breizh Café de la rue Montorgueil est le seul de l’enseigne de restaurants à héberger un bar à cocktails….
Entreprises

A Paris, les belles surprises du nouveau bar à cocktails Ivy

Food & cocktails au menu du nouveau bar Ivy, dans le Sentier, à Paris. Après une ouverture en dents de scie suite aux restrictions, l’établissement espère capter sa cible.
EntreprisesServices

“Il est plus simple de gérer des hôtels que seulement des bars”, affirment les dirigeants d'Experimental Group

En levant 380 millions d’euros, Experimental Group affirme sa mue vers le métier d’hôtelier, dans un contexte de tensions sur le personnel. Entretien avec Olivier Bon et Pierre-Charles Cros.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter