Aller au contenu

Xpedition, un nouveau framework pour mieux gérer vos projets

Mis à jour le 13 août 2017

La start-up parisienne FrontierLab lancera prochainement Xpedition, un framework open-source, scalable, pour gérer des projets. Son fondateur, Julien Dreher, présente le produit.

Pourriez-vous nous présenter Xpedition?

Xpedition est un framework produit “User-driven” et organisation lean. Son principe : considérer toutes les “briques” d’une entreprise comme autant de produits avec leurs propres roadmap, utilisateurs, KPI et équipes. C’est le cas d’un service proposé (et facturé) aux clients mais aussi d’un outil de gestion interne ou d’un service qui facilite le télétravail par exemple,  tout ce qui crée de la valeur et permet à l’entreprise de se rapprocher de sa vision. Finalement, cela revient à considérer l’organisation comme un système/ensemble de petites entreprises configurées comme des startups. Xpedition c’est également une communauté de plusieurs centaines de product managers, product owners, CEO, développeurs, designers, growth hackers qui partagent la même culture produit et UX.

Quelle est la logique d’un framework?

La logique framework permet de sortir de l’approche bureaucratique et standardisée, en offrant l’autonomie et l’auto-organisation aux équipes. Vous êtes une équipe, à vous de vous organiser et d’améliorer votre fonctionnement. Le framework propose une vision idéale pour vous inspirer, un cadre “responsive” selon vos besoins et une capitalisation via le partage des meilleurs pratiques.

Comment votre solution permet-elle de fluidifier la gestion de projet?

Xpedition supprime la gestion de projet telle qu’on la connaît, car les équipes règlent elles-mêmes les frictions via des démarches de clarification des responsabilités, de transparence de l’information et de feedbacks au sein et entre toutes les équipes. Tout est explicité, transparent et négociable. Les feedbacks permettent alors l’ajustement au fil des itérations. C’est à la fois plus vertueux et plus frugal.

Quels sont les principaux écueils rencontrés lors de la conduite de projets digitaux?

Comme dans tous les projets qui doivent faire face à une forte incertitude, on note un manque d’agilité dans la roadmap, un manque de vélocité pour réaliser des boucles de production, un manque de transparence et de diffusion d’informations et manque de délégation au plus près du terrain. Ce n’est pas lié qu’aux projets digitaux, mais à tous les projets qui comportent des enjeux d’expérience utilisateurs notamment.

Quel regard portez-vous sur les méthodes couramment développées comme Scrum?

Ces méthodes comme Scrum ou Lean Startup sont intéressantes car elles donnent des bonnes illustrations de modèles lean pour partager et diffuser cette culture au plus grand nombre. Après, chaque méthode doit être adaptée au contexte, cela demande beaucoup d’humilité et de maturité. Quand votre modèle est trop rigide, il est vite abandonné. Xpedition propose un cadre mais chaque équipe peut piocher et adapter son fonctionnement au cours des itérations. Cette flexibilité créée beaucoup d’adhésion parmi les équipes.

Publié dansEconomieEntreprisesManagement