Aller au contenu

Les Nouveaux distillateurs accélèrent sur le whisky

Rentrée chargée pour Les Nouveaux distillateurs. L’entité de distribution de Pernod Ricard destinée aux craft spirits et aux produits de niche, créée en intrapreneuriat début 2017,  développe la commercialisation de deux whiskies – l’un canadien, l’autre américain – auprès des cavistes et des bars à cocktails.

Lot 40 joue la carte du seigle

Disponible depuis quelques années sur le marché français, le whisky canadien Lot 40 aspire à y passer à la vitesse supérieure. Lot 40, pour le numéro de la parcelle d’un des sept moulins à grains que possédait Joshua Booth, le grand-père à la sixième génération de Mike Booth, master blender de la distillerie Hiram Walker & Sons, basée dans l’Ontario, au Canada. Après un lancement décevant en 1998, Lot 40 est revenu sur le devant de la scène en 2012 sous l’impulsion de Don Livermore (photo de couverture), lui aussi master blender. Il travaille en liaison avec Detroit (Etats-Unis).

Lot 40 nouvelle version, whisky de seigle (43%), « très aromatique, épicé mais doux », s’appuie sur l’expérience de Don Livermore, docteur en brassage et en distillation. « Chaque matière est distillée séparément, dont le seigle. Le marché du rye est en plein essor. Nous devons nous adapter aux goûts des consommateurs plus âgés, qui recherchent des produits plus ronds, et à ceux des consommateurs plus jeunes, qui sont friands de nouvelles expériences », ajoute-t-il dans les allées du dernier Whisky Live Paris. Lot 40 peut se déguster en cocktails classiques – Manhattan, Old fashioned.

Smooth Ambler, de négociant à distillateur

John Little - Smooth Ambler

Créée en 2009 à Maxwelton, en Virginie-Occidentale (Etats-Unis), Smooth Ambler a d’abord débuté par une activité de négoce, regroupée sous le nom d’Old Scout (pour « dénicheur de talent »), avant de faire grimper ses effectifs à une quarantaine de personnes. Le seigle, le maïs, le blé et le malt, sans OGM, sont produits dans un rayon de 50 kilomètres autour de la distillerie. Pernod-Ricard est devenu actionnaire de l’entreprise en 2017. « Le groupe organise tous les ans des rencontres sur l’île des Embiez. Nous avons eu l’idée de lancer notre gamme en France », indique John Little, CEO et maître distillateur.

« Lorsque nous avons débuté, nous n’étions pas riches », se souvient le chef d’entreprise. Après être passé par un programme de la Michigan State University et avoir accompagné un ami dans une distillerie de Spokane, il s’est lancé, avec Tag Galyean, dans l’aventure. 2,9 millions de livres de grains sont achetées chaque année. L’idée des deux hommes, qui ont découvert le secteur à la lecture du magazine Time, a bien grandi : « nous devons être de bons spécialistes de la vente », s’amuse John Little.

De bons spécialistes des spiritueux, également. Le whiskey Contradiction (50%), un assemblage de deux Bourbons, associe un whiskey produit par Smooth Ambler (à forte proportion de blé) et un high rye (enrichi en seigle) distillé dans l’Indiana. L’Old Scout american whiskey, un assemblage de deux whiskeys (le premier à 36% de seigle, le second à 51% de maïs), peut s’accorder, pour les bartenders du Ballroom du Beefclub (à Paris), en cocktail avec du verjus (jus de raisins verts), un Chablis et du shiitake (champignon). L’Old scout american whiskey 107 Proof (53,7%) peut, lui aussi, être mixé. La distillerie produit également du gin et de la vodka.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprises