Aller au contenu

Le Ghostdrone 2.0 allie pilotage mobile et réalité virtuelle

L’entreprise chinoise Ehang souhaite faire sensation, durant les fêtes, avec le Ghostdrone 2.0, un drone piloté depuis un smartphone et couplé à un casque de réalité virtuelle.

Combiner dans un même objet les deux dernières passions des geeks – les drones et la réalité virtuelle – c’est possible, souhaite prouver Ehang. L’entreprise chinoise spécialisée dans les technologies aériennes a lancé Ghostdrone 2.0, un drone couplé à un casque de réalité virtuelle et à une application mobile de pilotage. «Le choix de l’intégration de la réalité virtuelle avec notre drone résulte du fait qu’il s’agit d’une technologie entièrement immersive. Nous voulons offrir à nos utilisateurs une expérience très différente de celle qu’ils peuvent obtenir auprès de nos concurrents», explique Kevin Gordon, directeur général pour l’Europe de l’ouest d’Ehang.

La combinaison d’une caméra 4K, d’un casque de réalité virtuelle et d’un guidage par téléphone «permet de voler à partir du point de vue du drone, pas de celle d’un spectateur sur le terrain. Deuxièmement, avec la technologie d’inclinaison de la caméra et de l’appareil pour capturer ce que vous regardez, on obtient des performances bien supérieures», ajoute Kevin Gordon. Le drone, dont les prix démarrent à 539 euros, suit les mouvements du téléphone, par exemple en effectuant une rotation de l’appareil.

Le Ghostdrone 2.0 s’ajoute à la liste des autres produits commercialisés par Ehang, l’Ehang184 (orienté sur le transport) et le Falcon, destiné aux entreprises. «Ehang occupe un segment assez particulier sur le marché. Orientée vers les photographes et les vidéastes mais à un prix inférieur à celui des drones professionnels et avec la facilité de vol souvent associée à des drones de hobby, mais avec de meilleures dynamiques de vol et des résultats vidéo améliorés», la firme chinoise compte bien s’imposer sur ce segment en plein essor.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie