Aller au contenu

Croissance : les pays émergents à la peine

L’inflation et les taux d’intérêt sont au cœur des tensions économiques dans les pays émergents.

Les pays émergents prêtent à l’inquiétude, estime la Société Générale. « On a observé un net reflux des capitaux étrangers et d’importantes baisses des taux de change, qui ont  particulièrement touché les économies présentant les déséquilibres externes les plus importants », indiquent les économistes de la banque. La Turquie, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Turquie pâtissent d’importants déficits et de tensions inflationnistes. Le relèvement des taux d’intérêt pourrait affecter leur croissance.

La Chine, un des moteurs des pays émergents, patine également. De 9,3 % en 2011, son produit intérieur brut (PIB) est passé à 7,7 % en 2013. Ce chiffre pourrait reculer à 7,5 % cette année et à 7,3 % en 2015. L’économie du pays évolue : pour la première fois, la part du secteur des services dans le PIB vient de dépasser celle de l’industrie. « Le risque à court terme est une restriction plus importante que prévue de l’expansion du crédit car l’économie est devenue plus vulnérable », commente la Société Générale, qui fait également état de risques liés aux banques.

Au Brésil, le PIB stagnerait dans les mois à venir : après avoir rebondi de 1 % à 3,2 % entre les années 2012 et 2013, il s’établirait toujours à ce niveau en 2014 et en 2015. En Inde, « l’inflation élevée va continuer à peser sur la consommation et à limiter la marge de manœuvre de la banque centrale ». Le PIB se redresserait légèrement en 2014, passant de 4,3 % à 5 %. Des taux d’intérêt élevés pourraient affecter cette reprise. Avec des rythmes de croissance moins forts que par le passé pour nombre d’entre eux, les pays émergents perdent de leur attrait, mais demeurent néanmoins des îlots de croissance à suivre.

Publié dansEconomiePolitique éco