Aller au contenu

Crise : les PME tirent la sonnette d’alarme

Les chefs d’entreprise font part de leurs difficultés de trésorerie.

Pourtant régulièrement encensées par la communauté boursière, les valeurs moyennes n’ont guère brillé en 2011. En recul de 21,44% sur un an, l’indice CAC Mid&Small illustre les conséquences de la crise sur les petites et moyennes entreprises, qui y sont essentiellement représentées. Compte tenu du contexte économique, la sous-performance de cet agrégat pourrait de nouveau être de mise cette année.

Selon un sondage OpinionWay réalisé pour Banque Palatine, seuls 40% des dirigeants de PME/ETI envisagent de recourir à un financement en 2012, illustrant la frilosité dont ils font part en termes de projets… et ce en dépit d’une progression attendue, pour 44% des sondés, de leur chiffre d’affaires au cours des six prochains mois. Les effectifs devraient rester stables. « S’ils sont encore davantage  inquiets sur le contexte économique global, ils restent sereins quant à leur activité, misant surtout sur leurs  compétences internes », explique le directeur adjoint du développement d’OpinionWay, Frédéric Albert.

Ce manque de visibilité semble constituer le principal frein au développement au sein des PME, comme en témoignent un des items les plus cités au sein d’une enquête réalisée par Ipsos pour LCL : « l’incertitude politique et économique », à hauteur de 33%. Signe des temps, 66% des sondés se déclarent inquiets quant à une éventuelle dégradation de la note de la France.

Les chefs d’entreprise des PME/ETI tentent, dans cet environnement, de se faire entendre, rappelant régulièrement qu’ils constituent les premiers employeurs du pays. « Les menaces de rupture de contrat qui pèsent sur les PME sont honteuses et dangereuses pour leur croissance et leur compétitivité », clame ainsi le président de l’organisation patronale CroissancePlus Olivier Duha, également à la tête de Webhelp. La question des délais de paiement, au cœur de la Loi de modernisation de l’économie, un des actes fondateurs du mandat de Nicolas Sarkozy en 2008, suscite toujours un nombre important d’appels à l’aide. La crise a contribué à amplifier le problème.

Dans la perspective de l’élection présidentielle, les possibilités de se faire entendre s’accroissent. Le Comité Richelieu a ainsi publié un livre blanc recensant dix propositions, résolument tournées vers l’innovation : remodelage du dispositif en faveur des jeunes entreprises innovantes et du crédit d’impôt recherche, instauration d’un Plan d’épargne pour l’entrepreneuriat et l’innovation… Quel candidat saura-t-il séduire les chefs d’entreprise ?

Publié dansEntreprisesManagement