Aller au contenu

Au Pays basque, le cidre Topa lève des fonds pour se développer

A Bidart, le cidre Topa, sur le marché depuis 2017, va poursuivre son essor grâce à une levée de fonds.

Nombreux sont les entrepreneurs qui souhaitent redonner un coup de jeune au cidre. Loin de la Normandie, c’est au Pays basque que Grégoire Tulasne et Pascal Moret s’y attèlent avec Topa, dont la structure a été créée en 2016 avant un premier lancement de produit en 2017. Ils viennent de réaliser une levée de fonds auprès d’un investisseur privé, Julien Dubecq, qui évolue dans l’aéronautique.

« Nous étions sur nos fonds propres. Cette année, nos volumes vont être multipliés par cinq. L’idée est de permettre le développement de l’entreprise. Nous venons d’embaucher trois personnes, commerciaux terrain, pour développer notre réseau », indique Grégoire Tulasne, CEO et cofondateur du cidre Topa depuis Bidart (Pyrénees-Atlantiques). Les deux associés étaient auparavant directeurs commerciaux de sociétés spécialisées dans l’équipement et le textile de sports de glisse. En basque, « Topaketa » signifie la rencontre.

Un cidre embouteillé une fois par an

Le cidre, 100% pur jus, est issu de douze variétés de pommes du Pays Basque. Entre septembre et début octobre, la récolte des pommes s’effectue, avant la fermentation en cuves Inox puis l’embouteillage en février-mars. La prise de mousse s’effectue en bouteille. « La fermentation longue et à basse température nous permet de faire la différence. Le produit et la bouteille champenoise font de Topa un produit haut-de-gamme », explique Grégoire Tulasne.

L’idée est inspirée du sagarno, un vin de pomme. « Comment faire un vrai cidre en utilisant les pommes du Pays basque, mais avec un goût qui permettre de toucher le plus grand nombre ? Elles ont de l’acidité, de l’amertume, un peu de tannins, mais surtout peu de sucre. On a besoin de moins de sucre, le sucre résiduel est moins présent dans nos produits », poursuit Grégoire Tulasne.

Des projets de développement

Le cidre Topa est distribué partout en France, notamment à Paris, Bordeaux, Lyon, dans le Nord-Ouest et à l’étranger (aux Pays-Bas et prochainement en Asie), en 33cl et 75cl, suivis de fûts pour les bars. Des accords mets-cidre sont recommandés auprès des restaurateurs. Deux nouveautés, « autour de la rencontre des régions », sont prévues au printemps.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie