Aller au contenu

A Paris, Drop don’t park lance ses voituriers sur smartphones

La start-up Drop don’t park propose aux Parisiens de réserver un voiturier depuis leur smartphone dans les 8ème, 9ème et 17ème arrondissements.

Lancée au début de l’été par Alban de Renty et Nicolas de Crémiers, qui répond aux questions de Business & Marchés, la start-up Drop don’t park propose à ses utilisateurs de réserver les services d’un voiturier, prenant en charge le stationnement, dans six quartiers de Paris (Champs-Elysées, Saint-Augustin, Opéra, Saint-Lazare, Ternes, Place de Clichy). Les deux fondateurs ont précédemment travaillé chez Coyote.

Quel constat vous a incité à créer Drop don’t park?

Le stationnement dans les grandes agglomérations est une véritable source de stress pour les conducteurs. Ils peuvent ainsi perdre jusqu’à 40 minutes à chercher une place qui reste libre moins d’une minute comme à Paris par exemple. Les fondateurs de Coyote (Fabien Pierlot et Jean-Marc Van Laethem) nous ont donnés à Alban et moi le goût et l’envie d’entreprendre. Venant tous deux de l’univers automobile, du numérique et des télécoms, se tourner vers un service aux conducteurs était naturel. C’est alors que nous avons eu l’occasion de rencontrer le serial entrepreneur Geoffroy Roux de Bézieux, avant de décider de fonder Drop don’t park.

Comment mettez-vous en relation les utilisateurs et les voituriers?

Drop don’t park est une application qui vous permet de toujours avoir un voiturier dans votre poche! Un rendez-vous professionnel, une virée shopping, un restaurant ou une sortie entre amis dans Paris… Vous commandez simplement, depuis votre mobile, un voiturier à l’adresse où vous vous rendez. Il viendra alors prendre en charge votre voiture pour la garer dans l’un de nos parkings partenaires à proximité. Quand vous le souhaitez, indiquez simplement le lieu où vous souhaitez récupérer votre véhicule et l’un de nos voituriers vous la ramènera à l’adresse indiquée dans les 15 minutes.

Recourez-vous uniquement à des parkings professionnels, ou envisagez-vous de faire appel aux particuliers?

A date, nous avons des partenariats avec des acteurs du parking comme avec des acteurs privés. Mais nous n’excluons pas à terme d’intégrer également dans notre offre des parkings de particuliers. Nos voituriers « droppers » sont quant à eux salariés de l’entreprise.

Quel est votre modèle économique, et quels sont vos objectifs de développement?

Notre rôle consiste à gérer le turn over des places de parkings, et de proposer à terme des services additionnels à nos utilisateurs. Pour le moment, notre priorité c’est de nous constituer une communauté d’utilisateurs fidèles. Après notre ambition, est d’étendre nos services ainsi que notre couverture géographique et de devenir à terme un vrai service de conciergerie automobile.

Publié dansEconomieEntreprisesServices