Aller au contenu

Veille: optimisez votre information sur les décideurs

La collecte, le traitement et la diffusion d’informations relatives à un objet aussi sensible et mouvant que l’humain exigent une approche spécifique.

Particulièrement stratégiques, la reconstitution d’un organigramme, l’identification des acteurs-clefs d’une entreprise, le suivi de leurs mouvements ou l’appréhension de circuits décisionnels, notamment dans un cadre concurrentiel, doivent être effectués avec le souci de dissocier les informations personnelles et professionnelles, de la confidentialité des données et de la limitation de la diffusion de ces derniers, par exemple en restreignant certaines informations à un portefeuille qualifié.

Deux opérations doivent, dans le cadre d’une politique de veille, être menées de front afin de garantir la pertinence de cette dernière : d’une part, la recherche de décideurs en poste et, d’autre part, la détection de mouvements, celle-ci pouvant notamment permettre d’identifier des mouvements d’importance dans une entreprise donnée, une restructuration ou un rachat, par exemple.

Il convient, pour maximiser les résultats de la collecte de données ou d’informations, de se renseigner au préalable sur la structure visée : à quel groupe appartient l’entreprise ciblée ? Quelles sont ses filiales ? Quelle est la dénomination de sa raison sociale, sa structure actionnariale ? Ces éléments permettent de cadrer la recherche et donc de garantir son efficacité. De nombreuses fonctions supplétives peuvent notamment être interprétées comme étant des postes réellement occupés au quotidien, alors que ce ne sont par exemple que des mandats exercés à titre secondaire ou de manière automatique suite à une nomination à un poste donné.

L’identification, le traitement et la valorisation d’informations relatives à des décideurs transite donc par une première phase de collecte nécessitant le suivi d’une méthodologie préalablement préparée en fonction des résultats visés. La qualité du panel de sources utilisées figure, à ce titre, parmi les gages du succès d’une démarche de veille.

L’étape clef du traitement de l’information

Le traitement des données récoltées, en vue de donner naissance à de véritables informations, doit s’envisager, à l’instar du processus de collecte, dans une logique d’objectifs et de moyens. En effet, nombre d’organisations peinent à exploiter les données qu’elles récoltent dans le cadre de leur activité : il convient donc d’organiser cette seconde phase de manière à ce qu’elle conduise à des résultats pouvant être valorisés de façon optimale. Cette étape est particulièrement sensible, les données et les informations transitant par de nombreux acteurs et étant soumises à des risques d’altération, de transformation non-souhaitée ou de perte.

Le traitement de données et d’informations nécessite l’instauration de procédures garantissant la fiabilité des matériaux récoltés et des produits édités, mais également la cohérence de ces derniers. Particularité propre à l’objet traité, l’adjonction de données à une base quelconque doit faire l’objet d’un accord de la part des individus concernés et être réversible – ce dernier critère s’avère primordial dans le cadre de mouvements, de départs ou, de manière plus rare, de décès.

Le processus de traitement, de vérification et d’enrichissement des données en vue de créer de véritables informations conduit les organisations s’y afférant à mettre en place des procédures de contrôle des opérations effectuées, des manipulations techniques ou d’ordre humain étant susceptibles d’introduire des erreurs au sein de cette mécanique. Des listes-type d’informations peuvent notamment servir de base à des contrôles ponctuels ou systématiques, tandis qu’une politique de renforcement du panel de sources mises en veille peut permettre de croiser ou de recouper certains indices ou éléments pouvant conduire à remettre en question des opérations effectuées.

De l’importance d’une diffusion adaptée de l’information

Le cas particulier des bases de données à accès restreint ne doit pas occulter la nécessité de s’assurer de la légalité des opérations effectuées. Par ailleurs, tout produit d’information doit être conçu, à l’instar d’autres éléments voués à être commercialisés, en fonction des attentes de la cible visée.

La valorisation des données et des informations obéit ainsi à une logique commerciale, mais également éditoriale. Une charte peut notamment être instaurée pour garantir l’homogénéité des notules d’information rédigées et une forme de cohérence en matière rédactionnelle, que ce soit en base ou pour le compte de partenaires ou de clients. L’identification, le traitement et la valorisation des mouvements de décideurs en entreprise sont ainsi fonction de paramètres éditoriaux, techniques et commerciaux nécessitant l’usage d’outils spécifiques et une approche méthodologique poussée.

Publié dansEntreprisesRéférencesServices