Aller au contenu

La start-up Minuit sur Terre popularise la mode vegan

La start-up bordelaise Minuit sur Terre diversifie sa gamme de vêtements, chaussures et accessoires vegan pour toucher une cible plus large.

Créée en octobre 2016, Minuit sur Terre a lancé sa première collection en mars 2017 après un crowdfunding réussi. Cette marque de chaussures, accessoires et vêtements entend coller aux tendances actuelles tout en restant fidèle à son crédo : s’engager sur une production vegan. Une chaussure-type est ainsi conçue avec du simili cuir lisse aux fibres synthétiques sans solvants, une doublure et une semelle intérieure composées à 60% de polyuréthane en partie recyclé et à 40% de viscose et de cellulose issue de céréales, de simili daim et d’une semelle extérieure en néolite.

« Je suis vegan. Lorsque j’ai dû remplacer mes chaussures, je me suis retrouvée au choix de modèles peu design, ou d’une qualité peu terrible sur les autres matériaux. Si je ne me lançait pas dans l’aventure, quelqu’un d’autre l’aurait fait », indique la fondatrice de Minuit sur Terre, Marie Viard-Klein. En dernière année d’un double diplôme (Sciences Po Bordeaux et Institut d’administration des entreprises), elle s’est appuyée sur le statut d’étudiant-entrepreneur pour convertir mon stage de fin d’études en création d’entreprise.

Une cible qui s’élargit

Afin de présenter l’intérêt d’une ligne vegan, Marie Viard-Klein aligne les chiffres : 1 milliard d’animaux seraient tués pour leur peau chaque année. 141 millions d’euros : de peaux tannées sont envoyées chaque année vers l’Europe. 1400 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de cuir, contre 17 litres d’eau pour produire 1 kg de polyester. « Nos clients sont historiquement vegan, grâce aux groupes Facebook et à la communauté. Aujourd’hui, nous avons environ 25% de clients qui ne sont pas vegan, mais sensibles à l’éthique. Notre discours n’est pas culpabilisant », ajoute l’entrepreneure, basée à Bordeaux (Gironde).

Après les chaussures pour femmes, des sacs et ceintures ont suivi début 2018, les chaussures homme en septembre 2018 et la maroquinerie homme en 2019. « Pour la création des modèles, j’ai appris à dessiner ! Il a fallu trouver des techniques de travail. Je dessine, je choisis les matières, et j’envoie les fiches techniques aux ateliers, qui réalisent des prototypes. Quatre ateliers situés au Portugal assurent la confection : en France, il aurait fallu que l’on double les prix, pour une qualité équivalente », précise Marie Viard-Klein.

Les réseaux sociaux au cœur de la stratégie d’acquisition clients

Minuit sur Terre travaille actuellement sur de nouvelles matières. Les nombreux abonnés sur les réseaux sociaux en seront bien évidemment informés : « on sent que Facebook en déclin et nous mettons la priorité sur Instagram. Nous développons désormais les posts sponsorisés. » Plus de 22.000 personnes sur Facebook et 25.000 sur Instagram suivent les aventures de la start-up, qui a déjà écoulé plus de 45.000 paires de chaussures. Une plateforme dédiée à l’occasion, l’Aurore sur Terre, a par ailleurs été lancée en août dernier.

Minuit sur Terre ouvre un pop-up store du 11 au 15 décembre 2019, 9 rue Bréguet à Paris.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie