Aller au contenu

Quelle marge de manoeuvre pour les banques centrales ?

En abaissant dans la nuit de lundi à mardi son taux d’escompte de 3,25% à 3%, la Réserve fédérale américaine est une nouvelle fois intervenue en urgence afin de réguler les marchés financiers américains. Qu’est-ce que ce taux d’escompte ?

Le taux officiel d’escompte est le taux d’intérêt auquel une banque centrale consent des prêts à court terme – souvent une journée – aux institutions financières. Au sens propre du terme, les intérêts sont déduits du versement initial.

Les banques ne peuvent pas créer autant de monnaie qu’elle le souhaitent, car elles doivent être en mesure de répondre, à tout moment, à une demande de la clientèle qui souhaite retirer des fonds. Lorsqu’elles sont besoin de « monnaie banque centrale » pour satisfaire les besoins de la clientèle, les banques peuvent s’adresser à la banque centrale afin de « mobiliser » les créances qu’elles détiennent. La banque centrale crédite le compte que la banque y détient, en échange d’une créance. Une banque peut donc obtenir des liquidités de la part d’une autre banque ou de la banque centrale.

En augmentant le coût du refinancement des banques, soit l’inverse de l’action actuelle de la Fed, la banque centrale les oblige à réduire leurs activités de distribution de crédit, car elles doivent augmenter les taux de crédits à la clientèle (ou alors leurs profits diminueraient très rapidement, car les ressources qu’elles prêtent coûtent de plus en plus cher), ce qui freine les demandes de crédits. L’ensemble des banques se retrouvent quotidiennement sur le marché pour s’échanger leurs besoins.

Publié dansEconomieMarchés et finance