ÉconomieMarchés et finance

Plan de Washington: euphorie sur les places boursières

C’est du jamais-vu depuis le lancement de l’indice en 1987: ce vendredi, le CAC 40 s’est arrogé 9,27 %. Les valeurs financières, mises à mal par la crise, rebondissent de manière spectaculaire. Sur les autres places boursières, le rebond est généralisé: + 11,27 % à Prague (« La séance à Prague a été portée par une vague euphorique. Les informations positives sont venues d’outre-atlantique où le gouvernement s’efforce de résoudre les soucis de sociétés financières« , explique un analyste à l’AFP); à 17:45, + 3,26 % pour le Dow Jones (US), et des performances tout aussi exceptionnelles dans le reste de l’Europe.

Mise à jour 18:11 – +5,56 % à Francfort, et des hausses historiques de 8,71 % (Ibex-35), 8,84 % à Londres (Footsie-100), et 8,62 % à Milan (SP/Mib).

Les marchés réagissent au plan présenté par Washington pour sortir les banques de la crise. « Maintenir la confiance dans le secteur des fonds monétaires est essentiel pour protéger l’intégrité et la stabilité du système financier mondial« , explique le Trésor américain dans un communiqué. De manière plus concrète, l’administration Bush envisagerait de créer une structure permettant de cantonner l’ensemble des actifs à risques inscrits au bilan des banques américaines. Il s’agit, selon le porte-parole du Trésor Brookly McLaughlin, de « s’attaquer au problème des actifs non liquides dans les bilans des banques, qui sont la source profonde des tensions actuelles dans nos institutions financières et les marchés financiers« .

Le secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, a annoncé que les mesures en faveur des banques coûteraient « des centaines de milliards de dollars« . « C’est maintenant que nous devons agir pour préserver la santé économique de notre pays de graves risques« , a indiqué George W.Bush, en ajoutant que cette mesure serait d’un »montant considérable sur les dollars du contribuable« . Cette opération « comporte des risques« , a-t-il ajouté. « En déversant tous les déchets toxiques dans un seul silo, le climat de suspicion qui a conduit aux problèmes de refinancement des banques devrait se dissiper« , explique à LCI.fr Rob Carnell, économiste chez ING.

Mise à jour 30/09 – Le plan a fait l’objet d’un rejet de la part de la Chambre des représentants américains, avec 228 voix contre et 208 voix pour. La majorité démocrate a donc décidé de ne pas laisser passer le plan de sauvetage du système bancaire préparé par le secrétaire au Trésor Henry Paulson. La « Loi sur la stabilisation économique d’urgence de 2008 », d’un montant estimé à 700 milliards de dollars, a pour objet de créer un espace de défaisance au sein duquel les banques transfèreraient leurs actifs à risques.

A lire également
Focus

Vendredi 13, indécision à la Bourse de Paris

Le vendredi 13 avril, la Bourse de Paris se montrait encore indécise après avoir s’être reprise la veille suite aux propos conciliants…
ÉconomieEntreprisesInvestissementMarchés et finance

Que faut-il retenir des assemblées générales des sociétés cotées?

Moins de participants, peu de débats autour des rémunérations, davantage d’attention portée aux enjeux environnementaux : retour sur la saison 2017 des assemblées générales.
ÉconomieEntreprisesInvestissementManagementMarchés et finance

«Les assemblées générales se recentrent sur la pédagogie auprès des actionnaires»

Les assemblées générales deviennent un lieu privilégié de pédagogie auprès des actionnaires, observe Caroline de La Marnierre, PDG de CapitalCom.

Laisser un commentaire