ÉconomieEntreprises

McDonald's en terrain conquis

1 min. de lecture

« Disons que l’arrivée de Starbucks en France nous inspire, mais nous ne les copions pas, nos McCafé sont différents », indique au site internet de LCI Eric Gravier, vice-président de la filiale française McDonald’s. L’entreprise s’apprête en effet à donner un coup d’accélérateur au développement de son concept de cafés, en inaugurant une cinquantaine d’établissements d’ici à la fin de l’année, puis de 250 à 300 en 2010. La majorité des McCafé seront intégrés à une partie des quelques 1085 restaurants actuels, comme sur les Champs-Elysées, mais l’enseigne ne s’interdit pas de développer des unités indépendantes, comme à Collégien (Seine-et-Marne).

« Nous espérons l’amortir assez rapidement, soit dans les 18 à 24 mois. L’idée est d’amener des clients dans nos magasins à des moments de la journée où ils n’y sont pas ». 70% du chiffre d’affaires quotidien de Mc Donald(s France est réalisé sur quatre heures, le midi et le soir. « Et malgré les changements d’habitude, cette réalité n’a pas changé d’un pouce ces 20 dernières années », ajoute Eric Gravier. Les prix seront plus bas que ceux pratiqués par Starbucks: un café et une viennoiserie devraient à terme avoir un prix fixé aux alentours de 2 euros, contre de 2,85 à 4 euros chez le concurrent. Colombus Café, qui avait déjà dû replier sa toile en se limitant à quarante-deux établissements, affirme ne pas craindre l’arrivée de Mc Donald’s sur le terrain des cafés: « Dans l’esprit du consommateur, Mc Do restera un lieu où l’on mange. Chez nous, les produits sont sains, respectent le bien-être et il existe une vraie relation entre les clients et les serveurs », déclare à LCI Luc Heitz, directeur général de l’enseigne.

A lire également
Focus

Restauration : l'attente qui n'en finit pas

Depuis que la crise du coronavirus a frappé, les restaurants et bars sont au bord de la faillite. Fermés administrativement sans horizon…
Entreprises

Ces deux jeunes pros de l'hôtellerie-restauration veulent dynamiser un village de Dordogne

A Vezac, en Dordogne, Alexandre Nicolas et Quentin Gouts finalisent un crowdfunding pour créer un bar-restaurant à l’esprit local, le Trait d’union.
ÉconomieEntreprisesServices

Bars, restaurants, hôtels: à travers le globe, comment l'Experimental Group résiste à la crise

Experimental Group regroupe 500 personnes travaillant pour quinze établissements (bars, restaurants, hôtels) dans sept villes. Retour sur l’année 2020 avec Olivier Bon, cofondateur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire