ÉconomieEntreprises

McDonald's en terrain conquis

1 min. de lecture

« Disons que l’arrivée de Starbucks en France nous inspire, mais nous ne les copions pas, nos McCafé sont différents », indique au site internet de LCI Eric Gravier, vice-président de la filiale française McDonald’s. L’entreprise s’apprête en effet à donner un coup d’accélérateur au développement de son concept de cafés, en inaugurant une cinquantaine d’établissements d’ici à la fin de l’année, puis de 250 à 300 en 2010. La majorité des McCafé seront intégrés à une partie des quelques 1085 restaurants actuels, comme sur les Champs-Elysées, mais l’enseigne ne s’interdit pas de développer des unités indépendantes, comme à Collégien (Seine-et-Marne).

« Nous espérons l’amortir assez rapidement, soit dans les 18 à 24 mois. L’idée est d’amener des clients dans nos magasins à des moments de la journée où ils n’y sont pas ». 70% du chiffre d’affaires quotidien de Mc Donald(s France est réalisé sur quatre heures, le midi et le soir. « Et malgré les changements d’habitude, cette réalité n’a pas changé d’un pouce ces 20 dernières années », ajoute Eric Gravier. Les prix seront plus bas que ceux pratiqués par Starbucks: un café et une viennoiserie devraient à terme avoir un prix fixé aux alentours de 2 euros, contre de 2,85 à 4 euros chez le concurrent. Colombus Café, qui avait déjà dû replier sa toile en se limitant à quarante-deux établissements, affirme ne pas craindre l’arrivée de Mc Donald’s sur le terrain des cafés: « Dans l’esprit du consommateur, Mc Do restera un lieu où l’on mange. Chez nous, les produits sont sains, respectent le bien-être et il existe une vraie relation entre les clients et les serveurs », déclare à LCI Luc Heitz, directeur général de l’enseigne.

A lire également
EntreprisesServices

“La restauration livrée est un métier à part entière, qui nécessite des process dédiés”

Le chiffre d’affaires de la restauration livrée a atteint 4,9 milliards d’euros en 2020. Les clients réguliers pèsent pour 50% des utilisateurs des services de livraison. François Blouin, président de Food service vision, décrypte ce paysage remodelé.
Entreprises

A Bastille et à Châtelet, Berliner Wunderbar teste ses formules déjeuner à emporter

A Paris, deux des établissements de Berliner Wunderbar proposent une nouvelle formule déjeuner. Un moyen de tester cette offre avant l’ouverture prochaine d’un bar sur deux niveaux dans le centre de Paris, à Châtelet.
ÉconomieEntreprisesManagement

“La crise sanitaire est l'occasion de repenser la relation client en se mettant à la place des consommateurs”

Depuis un an, les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont dû composer avec de nouvelles procédures sanitaires. Thierry Spencer, directeur associé de l’Académie du Service, décrypte les enjeux de la relation client en période de pandémie.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire