ÉconomieEntreprisesPolitique éco

Accueil glacial des PME pour le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi

Les dirigeants de TPE-PME ne semblent guère concernés par les avantages du CICE, mais approuvent l’accord sur la sécurisation du marché du travail.

Les mesures prises en faveur de l’emploi par le gouvernement sont connues des patrons de TPE-PME, mais suscitent peu d’enthousiasme. La vingt-sixième vague du baromètre réalisé par TNS Sofres pour l’Ordre des Experts-Comptables* indique ainsi que 79 % des dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) et 54 % de leurs homologues de très petites entreprises (TPE) ont entendu parler du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), mais ceux-ci doutent de son efficacité.

La mesure, dédiée à l’amélioration de la compétitivité des entreprises au moyen du « financement de l’amélioration de leur compétitivité à travers notamment des efforts en matière d’investissement, de recherche, d’innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique et énergétique et de reconstitution de leur fonds de roulement », selon l’article 66 de la loi N° 2012-1510 du 29 décembre, fait l’objet d’une importante campagne de communication mais peine à convaincre.

64 % des patrons de PME et 45 % des patrons de TPE estiment que le CICE n’aura aucun impact sur la relance de la croissance, un impact « plutôt positif » étant espéré par 24 % des chefs d’entreprise de PME. Ce chiffre grimpe à 32 % pour les patrons de TPE. 81 % des patrons de PME vont même jusqu’à estimer que la mesure n’aura aucun impact pour leur entreprise… Le gouvernement devra donc convaincre les patrons d’investir.

L’accord conclu sur la sécurisation du marché du travail est en revanche bien accueilli : 55 % des patrons de PME estiment qu’il s’agit d’une « bonne chose », contre 47 % des patrons de PME. Les chefs d’entreprise désapprouvent « tout à fait » la taxation des contrats à durée déterminée à hauteur de 48 % dans les PME et 32 % dans les TPE. L’institution d’accords de maintien dans l’emploi est toutefois jugée positivement (87 % des dirigeants de PME l’approuvent, 82 % dans les TPE).

*Enquête réalisée par téléphone, selon la méthode des quotas, par TNS Sofres, auprès de 800 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés) et de PME (entreprises de 20 à 249 salariés) représentatif des entreprises de 0 à 249 salariés, entre le 24 janvier et le 4 février pour le compte de l’Ordre des Experts-Comptables.

2154 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

“L'Etat ne peut ignorer les conséquences économiques et sociales de la fermeture des bars-restaurants”, alerte Paul Chantler (FrogPubs)

Exploitant de dix bars-restaurants et d’une brasserie, Paul Chantler alerte sur les difficultés financières de FrogPubs, et élargit le débat à l’ensemble du secteur. Les acteurs du CHR génèrent des externalités positives que l’Etat doit prendre en compte, indique-t-il.
Entreprises

Comment Braastad perpétue l'innovation dans le cognac

A Jarnac (Charente), les cognacs à la marque Braastad (Etablissements Tiffon) allient tradition et innovation. Focus sur le développement de la PME
ÉconomieEntreprisesEnvironnement-SantéIndustrie

Les recettes de la famille Vacher pour développer ses miels dans le respect de l'environnement

Nouveaux conditionnements, achats de miels français et bio en hausse : la gamme de Famille Vacher se développe sur cette démarche environnementale. La RHF fait partie des débouchés identifiés.

Laisser un commentaire