Aller au contenu

Vars lance une saison centrée sur le ski de vitesse et l’événementiel

La station de Vars (Hautes-Alpes) lance sa saison le 3 décembre, toujours sous le signe du ski de vitesse et de l’événementiel. La directrice de son office de tourisme, Nicole Gaillan, répond aux questions de Business & Marchés.

Comment Vars se positionne-t-elle dans l’univers des stations de ski?

Nous disposons d’un domaine de 180km de pistes, avec un point culminant à 2750m – avec 51 remontées mécaniques. Nous réalisons 600.000 journées skieurs par saison, avec 20.000 personnes contre 600 résidents à l’année. Nous proposons 118 pistes, ce qui constitue le premier critère de choix de la station, Nous avons également l’avantage, avec Risoul, de disposer d’un  «cirque» qui permet d’avoir accès au soleil. Les gens viennent chez nous pour trouver le soleil et la neige. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur constitue notre premier bassin de clientèle, et nous sommes frontaliers avec l’Italie.

Vous misez depuis longtemps sur le ski de vitesse. Pourquoi ce choix?

La piste de ski de vitesse a été lancée dans les années 1990. Très vite, nous avons réussi à tirer le meilleur potentiel de cette piste, sur laquelle les plus belles pages se sont écrites, avec un record du monde l’an dernier. Vars a la chance de disposer de ce terrain de jeu unique en France. On y accueille de nombreuses compétitions internationales. C’est une discipline plus confidentielle, mais on a une vingtaine de pays et une centaine de participants sur chaque événement. Du fait de cette singularité, avec ce sport assez sensationnel, nous sommes reconnus – c’est une vraie vitrine pour Vars. Derrière, il y a une offre pour le public : le ski de vitesse propose l’accès à un stade permanent (ouvert tous les jours gratuitement et encadré par un ancien recordman du monde de ski de vitesse, local). Le matériel, très souvent, est prêté – au départ, on a une tenue normale, puis une combinaison adaptée dans un second temps. On peut par ailleurs considérer que les gens entendent de parler de Vars par le ski de vitesse, qui représente environ 50% de nos retours médias sur les événements, sachant que les événements représentent 70% de nos retours médias.

Quels seront les temps forts de la saison 2016/2017?

Depuis neuf ans, nous proposons un concert à 1850m d’altitude, avec cette année Christophe Mae, le 10 décembre. Nous avons accueilli des artistes de renom à cet événement gratuit. Ils n’ont pas l’habitude de se produire dans de telles conditions. Cette ouverture se veut festive, nous sommes désormais attendus sur ce lancement ! Nous proposerons par ailleurs la Coupe d’Europe freestyle, la station étant connue pour ses espaces dédiés, en janvier. Ensuite, une épreuve qualificative au freeride world tour se déroulera dans la crête de L’Eyssina, au pied de laquelle est lovée la station de Vars. A travers l’événementiel, Vars s’est positionné comme un site reconnu dans l’univers du tourisme. Ces événements, essentiellement d’image, nous permettent à travers le gotha d’une discipline de pouvoir faire parler de Vars, et d’avoir davantage de retombées chez les prescripteurs, notamment sur les réseaux sociaux.

Que proposez-vous en été?

L’été, nous nous focalisons sur le trail. Vars a également la chance d’être sur la route des grandes Alpes, sur une voie de passage de l’Allemagne à la Méditerranée. Cela permet de découvrir un département assez riche, les Hautes-Alpes, en étant itinérant l’été : parcs régionaux, parcs nationaux, rivières… Nous développons aussi l’usage du VTT.

Photo: Rémi Morel

Publié dansActualité socialeSociété