Aller au contenu

« Le travail gagne en mobilité, mais le PC fixe reste dominant »

Les outils informatiques sont encore insuffisamment adaptés à l’essor de la mobilité au travail.

Alexis Oger DellLes outils informatiques personnels sont de plus en plus utilisés à des fins personnelles (et inversement), d’après une étude réalisée par Dell. Le télétravail recueille par ailleurs une adhésion toujours plus forte. Alexis Oger, directeur marketing France de Dell, décrypte pour Business & Marchés les évolutions des usages informatiques liés au travail.

Quelles sont les principales aspirations des salariés interrogés en termes d’équipement informatique dans le cadre de leur travail ?

Les trois principales requêtes des utilisateurs sont les mêmes quel que soit leur secteur ou leur activité. Seules leurs pondérations changent selon l’usage de chacun.

La mobilité. Les utilisateurs voient en effet le travail comme une activité et non comme un endroit, et aspirent donc à plus de liberté ; de plus, ils sont déjà plus de 56 % à penser être plus productifs lorsqu’ils travaillent depuis leur domicile.

L’applicatif. Cette manière plus intelligente d’interagir avec les données, est aussi une des aspirations majeures des utilisateurs, car nombreux sont ceux qui y ont goûté sur leurs tablettes ou leurs smartphones personnels, et qui mettent la pression à leurs organisations pour avoir les mêmes outils au bureau parce qu’ils en ont vu l’efficacité dans leur vie quotidienne.

La performance. Les discussions que nous avons avec nos clients, et nos études récentes, montrent que la performance reste un élément majeur dans le choix d’un poste de travail. C’est même une sorte de « ticket d’entrée », sans lequel, l’équipement proposé n’est même pas soumis à des tests d’ergonomie.

La présence au bureau domine encore les habitudes de travail. Le PC fixe, qui plus est souvent contrôlé à distance par la DSI, est-il appelé à rester la norme en matière d’équipement ?

Etre un utilisateur nomade, ne veut pas forcément dire être hors du bureau tout le temps. 39% des Français passent moins de 75% de leur temps au bureau. Ainsi, beaucoup de collaborateurs passent leurs journées à se déplacer de salle de réunion en salle de réunion, à l’intérieur même de l’entreprise. Ceux-là aussi ont besoin d’un poste de travail, qui leur permet d’être mobiles et productifs. Il est à noter qu’en France, les employés préfèrent les rencontres réelles beaucoup plus que dans les autres pays – presque deux fois plus.

Pour ce qui est du contrôle à distance, nous devons accompagner chaque DSI pour qu’elle puisse fournir le(s) poste(s) de travail adéquat(s) pour chaque usage ; gérer tous ses postes de travail, de manière totalement transparente quel que soit le format choisi (PC fixe, tablette, 2 en 1 détachable, poste de travail virtualisé) ; et développer les applications qui permettent à ses utilisateurs d’être plus productifs, mais qui aide aussi les directions métiers à analyser rapidement les données remontées par les collaborateurs , les clients, ou tout autre acteur du marché, et prendre la bonne décision.

Pour résumer le PC fixe reste prédominant, surtout dans certains marchés verticaux, comme la finance et les organisations gouvernementales. Bien que 72% des Français sont convaincus que le bureau va continuer d’exister, on voit que le changement s’amorce déjà, puisque 56% d’entre eux pensent déjà être plus productifs lorsqu’ils travaillent depuis chez eux plutôt qu’au bureau.

De quelle manière répondez-vous à l’émergence des besoins de mobilité (télétravail, travail collaboratif dans les locaux de l’entreprise…) et au BYOD à travers vos offres ?

L’intégration des acquisitions effectuées ces cinq dernières années font de nous le seul acteur engagé, couvrant les quatre piliers d’une politique complète de la mobilité avec des équipements pensés et conçus pour les professionnels, un accès simplifié aux applications, une gestion du parc mobile optimisée mais sans compromis, et la sécurité, que ce soit au niveau du poste lui–même, de sa connexion distante ou même au niveau du data center.

Pour le BYOD, nos dernières études confirment ce que nous pensions. Cela aura un impact assez restreint en Europe, spécialement en France et en Allemagne, car l’intérêt des entreprises se porte plus sur des solutions où l’entreprise permet à ses employés d’utiliser le matériel mis à disposition pour un usage personnel. Notre métier est d’accompagner les organisations quel que soit leur choix, et donc de les aider à compartimenter ces deux usages pour assurer une étanchéité parfaite entre les données de l’entreprise et la vie privée de l’employé.

Comment l’essor des devices de type smartphones/tablettes reconfigure-t-il la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle ?

44% des travailleurs français utilisent leurs terminaux personnels à des fins professionnelles ou envisagent de le faire à l’avenir. Cela démontre que cette frontière continuera à s’estomper avec le temps, l’utilisateur aspirant à de plus en plus de flexibilité. Les décideurs IT doivent donc anticiper la mise à disposition des technologies adéquates dès aujourd’hui, pour assurer la sécurité et la pérennité de l’entreprise, et nous sommes là pour les y accompagner.

Photo : Modern creative office workspace par Shutterstock/Karnoff

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie