Aller au contenu

Rentrée budgétaire délicate en Belgique

Toujours en proie à des difficultés politiques, la Belgique n’échappe pas pour autant à la préparation d’un budget pour 2009. Le gouvernement « orange-bleu » (à majorité composé de sociaux chrétiens centristes et libéraux) doit surmonter une hausse du taux de chômage pour la première fois depuis quatre ans et une croissance plus faible que prévu: selon les chiffres des services compétents, elle ne s’élèvera qu’à 1,6% cette année et 1,2% en 2009.

« Il faut prendre des mesures pour assurer l’équilibre budgétaire, donner un souffle à notre économie et je crois qu’en ce qui concerne les mesures et l’effort à faire, il faut, en fait, avoir une équation entre d’une part, compétitivité et activation au niveau du marché du travail et d’autre part, pouvoir d’achat, mesures sociales, protection sociale. Et puis troisièmement, rigueur budgétaire« , a expliqué le Premier ministre Yves Leterme dans un entretien accordé hier à la radio-télévision publique francophone. Toutefois, il faudra sans doute s’attendre à un « léger déficit« , a-t-il concédé auparavant.

Il manque à l’heure actuelle 361 millions d’euros pour boucler le budget 2009, une somme que le gouvernement flamand s’est dit prêt à mettre sur la table. Toutefois, cette opération est conditionnée à une avancée dans les négociations sur la réforme de l’Etat fédéral, une difficulté qu’espère surmonter Yves Leterme en rappelant que la réforme de l’Etat « fait partie intégrante de l’accord de gouvernement« . « L’arrêt des chamailleries » entre communautés est nécessaire à l’avancée de la situation économique et financière, a-t-il estimé.

Au-delà d’avancées sur le plan politique, le Premier ministre belge souhaiterait remettre à plat la répartition des fonctionnaires fédéraux, qui représentent 12 % de la fonction publique totale du pays. « Je voudrais avoir une appréciation positive des efforts de l’administration. Au niveau fédéral, énormément de choses sont bien faites par les fonctionnaires. Ceci étant dit, il faut à chaque fois réfléchir et voir si les moyens sont bien utilisés pour les tâches qu’ils permettent de remplir« , a indiqué Yves Leterme. L’annonce de ce passage en revue des effectifsfait suite à l’évocation par le ministre pour l’Entreprise Vincent Van Quickenborne de réduire le nombre de fonctionnaires de 10 %.

La fraude fiscale et sociale sera par ailleurs renforcée, 1,3 million de personnes n’ayant pas rendu de déclaration fiscale au cours des quatre dernières années. Dans ce contexte difficile, le Premier ministre envoie un signe fort aux ménages et aux chefs d’entreprise: « notre ambition, c’est de ne pas toucher au pouvoir d’achat. Par ailleurs, il n’est pas non plus question d’alourdir les charges sociales et patronales, le travail coûtant déjà cher en Belgique« . De nobles ambitions qui pourraient être contrariées si la situation s’aggravait.

Publié dansEconomiePolitique éco