Aller au contenu

Donuts veut démocratiser les noms de domaine personnalisés

L’entreprise américaine Donuts développe ses activités sur le marché des noms de domaine personnalisés. Son directeur marketing, Jeff Davidoff, et sa responsable des partenariats, Amy Repp, répondent aux questions de Business & Marchés.

Pourriez-vous nous présenter Donuts?

Donuts a été cofondé par quatre personnes en 2010. 100 millions de dollars ont été investis afin de postuler pour l’exploitation de nouvelles extensions de noms de domaine au printemps 2012. 307 noms de domaine ont fait l’objet d’un dossier, pour 185.000 dollars chacun. Nous exploitons actuellement 193 noms de domaine. Quelques exemplaires de nos noms de domaine les plus populaires sont .today, .tips et .photography. Environ 2 millions de noms de domaine sont gérés par l’entreprise. Nous sommes grossistes en noms de domaine, et les bureaux d’enregistrement offrent des packages tels que Gandi, OVH, 1&1… On travaille en modèle B2B. Nous sommes 40 personnes à Seattle, Los Angeles, Chicago et à Londres.

Quel a été le process de négociation avec l’Icann?

Le processus a duré 30 jours au printemps 2012 ; désormais, les noms de domaine appartiennent à Donuts et à leurs exploitants. Au quotidien, les consommateurs ne sont pas concernés par les questions liés à l’Icann. Nous avons le droit d’exploiter ces noms de domaine sans limite de durée. Depuis son lancement, Donuts est passé de zéro à deux millions de clients en deux ans. Nos performances financières prouvent le succès de la compagnie.

« Les consommateurs sont intéressés par ces nouveaux noms de domaine »

Comment a évolué le marché des noms de domaine au cours de ces dernières années?

La plus grande évolution est l’introduction de nouvelles extensions, qui a complètement bousculé le marché. Durant les trente premières années, on n’avait que peu de choix, dont le .com et celles de noms de pays. Les acteurs du secteur sont vraiment réceptifs à ces nouvelles extensions. Il y a toujours une phase de transition à opérer, mais dès lors qu’il a été compris que de nouvelles extensions possibles, les internautes s’y adaptent et s’en emparent. Les consommateurs sont vraiment intéressés par ces nouveautés.

Comment se concrétise cette nouveauté?

D’une part, avec les noms de domaine des entreprises (.bnpparibas, par exemple). Les entreprises peuvent directement les exploiter, et les consommateurs grand public ne peuvent pas s’en emparer, ce qui induit une nouvelle forme de fiabilité. D’autre part, avec les noms de domaine disponibles pour tous : Donuts n’exploite que des noms de domaine pour l’ensemble du marché (.restaurant, .immo, etc). 17 millions de noms de domaines personnalisés ont été créés, dont 4 millions en février-mars 2016.

« Un véritable enjeu pour les collectivités »

Quels sont les enjeux liés aux noms de domaine personnalisés?

Notre challenge est de faire savoir aux consommateurs que ces noms de domaine existent, et qu’ils peuvent s’en emparer. Pour les collectivités, c’est un vrai enjeu lié à l’immobilier, au tourisme… Cela donne vraiment une image de la ville et de la région en tant que marque, et ça leur permet de cultiver leur identité. On constate une hausse vertigineuse de ce marché.

Quels sont vos objectifs de développement?

Donuts a pour objectif de normaliser les nouvelles extensions, qui doivent devenir aussi connues que les extensions d’origine. On pense qu’il y a de réels avantages à ces nouvelles extensions : ils sont mémorisables (plus courts, plus personnalisés), ils sont disponibles (on peut facilement en acheter), ils sont très percutants, et ils sont bien référencés : Google a dit que les noms de domaine personnalisés ne sont pas du tout pénalisés dans leur algorithme. Peut-être cela donnera-t-il, à l’avenir, un avantage aux sites web ?

Publié dansEconomieEntreprisesServices