Unilend veut « permettre aux Français de prêter leur argent directement aux PME »

Entretien avec le cofondateur d'Unilend, Nicolas Lesur.

Entretien avec Nicolas Lesur, cofondateur d’Unilend, un site proposant un nouveau mode de financement des PME.

Nicolas LesurQuel constat vous a incité à créer Unilend ?

Avec mon associé, François Prioux, nous avons fait le constat suivant : d’un côté, les PME rencontrent des difficultés pour se financer simplement, de l’autre, l’épargne des Français est abondante et mal rémunérée. Constatant l’essor du crowdfunding partout dans le monde, et en particulier celui du peer-to-peer lending, nous avons imaginé de permettre aux Français de prêter leur argent directement aux PME françaises. Le modèle fonctionne très bien au Royaume-Uni où Funding Circle a déjà permis 200 millions de livres de financements en trois ans.

Quel type d’entreprises ciblez-vous en priorité ?

Toutes les entreprises qui sont inscrites auprès du registre du commerce et des sociétés et qui ont clôturé leur troisième exercice comptable peuvent présenter une demande de financement directement sur le site Unilend. A partir de là, il importe que l’entreprise ait raisonnablement les moyens de rembourser les échéances mensuelles prévues.

Pour que le site fonctionne, la confiance des prêteurs est capitale. Nous présentons donc des entreprises dont nous pouvons raisonnablement attendre qu’elles remboursent leur crédit, à l’issue d’une sélection que nous réalisons en partenariat avec Altares. De facto la moitié la plus saine des entreprises françaises peut présenter un projet.

Comment se positionne Unilend par rapport aux interlocuteurs habituels des entreprises ?

Unilend est une alternative au crédit bancaire à l’heure où les banques ont moins de capacité de prêt. Nous ne demandons pas de garantie car nous n’avons pas de bilan à refinancer auprès d’une banque centrale : les prêteurs prêtent de l’argent qui leur appartient. Et comme nous ne faisons qu’un seul métier, les entreprises conservent leurs comptes dans leur banque habituelle pour leurs opérations quotidiennes.

Les prêts ne sont pas affectés : la somme réunie constitue une ligne de trésorerie amortissable à moyen terme que les entreprises utilisent pour réaliser leurs projets de développement ou d’acquisition par exemple. Les dirigeants gagnent du temps : ils déposent leur projet en ligne en quelques minutes. S’il est adapté aux attentes des prêteurs d’Unilend, ils obtiennent leur financement en quatre semaines maximum au lieu de quatre mois auprès des banques. Enfin, les entreprises peuvent accroître leur notoriété.

Quelles sommes les entreprises peuvent-elles emprunter, et quelles sommes maximum les prêteurs peuvent-ils apporter ?

Les projets présentés sur Unilend vont de 20 000 à 250 000 euros. Du côté des prêteurs nous avons voulu permettre à tout le monde de prêter de l’argent et inciter nos membres à répartir leurs investissements. Ainsi les prêteurs peuvent ouvrir un compte à partir de 100 euros et formuler des offres de prêt à partir de 20 euros. Chacun peut donc prêter de l’argent au minimum à cinq entreprises et obtenir une rémunération. Il n’y a pas de limite de prêt : certains prêtent plusieurs milliers d’euros à chaque projet.

Quel est votre modèle économique ?

L’inscription pour les prêteurs est gratuite. Les emprunteurs payent 3% du montant de la somme réunie, uniquement en cas de succès, puis 1% par an du capital restant dû pour gérer les remboursements. Unilend prélève chaque échéance mensuelle en une fois et la répartit auprès des prêteurs. C’est très simple à gérer pour l’emprunteur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Votre adresse :