Aller au contenu

Les équipementiers, premiers gagnants des JO

Les prochaines olympiades d’été ne se tiendront que dans quatre ans, mais certaines firmes sont d’ores et déjà dans les starting-blocks. Les Jeux Olympiques, événement sportif le plus diffusé dans le monde, ont certes permis à la Chine de s’offrir une nouvelle image à travers une organisation plébiscitée, mais aussi de permettre à un club de marques privilégiées de s’offrir une exposition sans précédent.

Adidas sort du lot. Deuxième marché pour Adidas derrière les Etats-Unis, la Chine devrait devenir le premier d’ici 2010. Les JO ont permis à l’équipementier allemand de s’imposer comme marque de référence des Jeux, mettant à mal la suprématie de Nike. En habillant 100.000 volontaires et 3.000 athlètes, Adidas s’est affirmé dans son rôle d’accompagnateur du sport en devenant partenaire officiel du Comité international olympique. « Il y a un an, le nom d’Adidas ne faisait pas partie des dix marques associées aux JO. Avant le début des Jeux, ils étaient cinquième« , indique à La Tribune Bruno Lalande, du cabinet TNS Sport.

Puma, toujours plus vite. Après son record à l’épreuve du 100 mètres, le jamaiquain Usain Bolt a entamé un tour d’honneur tout à l’avantage de Puma. Les plans sur ses chaussures ont correspondu à un spot de « onze minutes, l’équivalent de 80.000 spots de pub de trente secondes, soit un investissement de 250 millions d’euros« , selon TNS Sport (Le Figaro). Nike a au contraire fait les frais du forfait de l’athlète chinois Liu Xiang, sur qui la firme avait capitalisé dans l’empire du Milieu. Le second athlète favori des Chinois devait atteindre son apogée lundi dernier, mais son état de santé en a décidé autrement.

Phelps et Speedo, deux poissons dans l’eau. Michael Phelps, le nageur américain aux huit médailles d’or, devrait prochainement recevoir un chèque d’un million de dollars émis par son équipementier Speedo. La nouvelle combinaison LZR R a permis à la firme de devancer ses concurrents sur le front de la technologie, Phelps lui apportant un souffle médiatique. La nageuse française Laure Manaudou a elle aussi choisi de nager en Speedo, mais de façon non-officielle: sous contrat avec Arena, elle a préféré tester la fameuse combinaison de l’équipementier concurrent. Ses piètres performances n’ont cependant pas touché la marque.

Les diffuseurs boostent leur été. Saison traditionnellement creuse, l’été s’est mué en théâtre d’événements sportifs bénéfiques pour les audiences des chaînes de télévision. Coûts des droits oblige, la rentabilité n’est pas au rendez-vous dans la plupart des cas, mais l’image tirée de ces quinze jours d’événement permet aux diffuseurs d’attirer les projecteurs. En Chine, CCTV a attiré 842 millions de télespectateurs lors de la cérémonie d’ouverture. En France, France Télévisions avait réparti les épreuves sur trois chaînes, avec une couverture en direct et multi-sports sur France 2 et 3. 25 % de part de marché et 1,4 million de télespectateurs en moyenne: ces performances ont permis d’élever les moyennes hebdomadaires des chaînes concernées et de s’affirmer face aux nouvelles chaînes de la TNT. Aux Etats-Unis, NBC, qui avait obtenu le décalage de certaines épreuves auprès du CIO afin de pouvoir les diffuser en prime-time, s’est arrogé sept des dix meilleures audiences de la semaine dernière.

Publié dansEconomieEntreprises